Le doigt à ressaut

Définition

Le doigt à ressaut, médicalement appelé ténosynovite sténosante des tendons fléchisseurs est une des pathologies tendineuses les plus fréquentes en chirurgie de la main.
Le doigt à ressaut (« ressort ») peut toucher tous les doigts longs mais également le pouce (pouce à ressaut).
C’est un blocage intermittent du tendon fléchisseur du doigt dans sa gaine (poulie)
Il peut être associée à un syndrome du canal carpien.

Anatomie

Le doigt à ressaut ou ressort, correspond à un conflit entre les tendons fléchisseurs et la poulie du doigt ce qui entraine une inflammation de la membrane qui entoure le tendon.
Cet épaississement de la membrane (synovite) est responsable de la douleur du doigt et de la perte du mouvement de flexion extension du doigt avec l’apparition du blocage (ressaut) du tendon dans les poulies.

Diagnostic

Le doigt à ressaut est une tendinite du doigt. Les douleurs apparaissent le matin au réveil et le ressaut ne peut être présent que le matin et laisse la place à une gêne dans la journée.

Cette pathologie est plus fréquente en cas de diabète. Elle se retrouve aussi chez le nourrisson et l’enfant jeune.

Les examens complémentaires sont rarement nécessaires. En cas de doute, une échographie peut être réalisée en cabinet pour confirmer le diagnostic.

Votre traitement

Médical :

En l’absence de diabète et si le doigt à ressaut évolue depuis quelques mois, le traitement de première intention est l’infiltration de corticoïdes dans la gaine du tendon.
Cette infiltration permet dans certains nombres de cas de guérir cette tendinite du doigt.
L’efficacité de l’infiltration peut prendre quelques jours ou semaines.

LE PLUS au centre de la main Jules Verne : Elle peut se réaliser au cabinet du Dr de Keating-hart et s‘effectue sous contrôle échographique.

Chirurgical :
Lorsque l‘infiltration du doigt n’a pas été suffisante ou lorsque le patient est diabétique, une intervention simple de chirurgie du doigt peut être réalisée.

L’opération se réalise sous anesthésie locale et contrôle échographique par une incision mini invasive ou en percutané (selon le degré de sévérité du blocage) dans le pli de flexion de la main.

AVERTISSEMENT
Le contenu de cette vidéo chirurgicale peut choquer la sensibilité des personnes non habituées.

Pour voir la vidéo veuillez cliquer dans ce rectangle.

A l’aide d’un instrument spécialisé le Dr de Keating-hart réalise la section de la poulie du tendon sous le contrôle précis et permanent de l’échographie en percutanée.

Grâce à l’anesthésie locale spécialisée réalisée au centre Jules Verne, le patient peut contrôler en direct avec le chirurgien, la disparition du ressaut et la bonne mobilité de son doigt.

Après votre intervention

Un pansement léger et confortable est appliqué dans la paume de la main.
La main peut être utilisée immédiatement pour tous les gestes simples de la vie quotidienne, y compris conduire. La mobilisation du doigt est nécessaire et garante de la réussite du traitement, afin d’éviter qu’il s’enraidisse.

Le pansement se retire au bout de 3 jours.

Le chirurgien vous remettra en mains propres une feuille de rééducation avec des gestes à faire à la maison.

Le ressaut du doigt disparaît immédiatement mais il faut quelques semaines pour récupérer une amplitude totale du doigt. Des douleurs persistent quelques mois lors des mouvements de contrainte.
Dans les formes sévères, il est possible d’avoir recourt à une attelle et des séances de rééducations.
La force se récupère au bout de 2 mois en moyenne.
Dans 10 % des cas si la douleur persiste au delà, on peut proposer une infiltration de corticoïdes.
Le temps d’arrêt de travail est fonction de l’activité professionnelle.

Les complications générales

Générales pour tout acte de chirurgie :

Hématome : qui se résorbe en général tout seul. Il peut nécessiter de façon exceptionnelle une ponction évacuatrice ou un drainage par chirurgie.

L’algoneurodystrophie : ou syndrome douloureux régional complexe (SDRC) est un phénomène douloureux inflammatoire mal compris.
Elle est traitée médicalement et peut durer plusieurs mois voire des années entraînant une prise en charge spécifique avec rééducation, examen complémentaire et traitement contre la douleur (centre antidouleur).
Elle est imprévisible dans sa survenue comme dans son évolution et ses séquelles potentielles.

L’infection profonde : est exceptionnelle. Elle peut nécessiter une nouvelle chirurgie et un traitement par antibiotiques.

Une atteinte nerveuse : le nerf peut être pris dans la fibrose cicatricielle ou être sectionné mais cela reste exceptionnel.

Par contre une sensation diminuée ou une hypersensibilité sur un des doigts concernés peut être observé.

La cicatrice : elle peut reste gonflée et sensible pendant plusieurs semaines avec douleur du talon de la main.

La raideur : elle est peu fréquente et transitoire et nécessite de la rééducation.

La Force : Il y a une perte transitoire de la force qui se récupère après quelques mois mais qui peut rester diminuer définitivement (le ligament du canal carpien est coupée et il y a donc une perte de force associée)

A noter : la liste n’est pas exhaustive et une complication particulièrement exceptionnelle peut survenir, lié à l’état local ou à une variabilité technique.
Toutes les complications ne peuvent être listées.

Les complications spécifiques

L’enraidissement du doigt est généralement secondaire à une mobilisation insuffisante de la part du patient. Il peut être nécessaire d’associer une attelle et une rééducation.

Le doigt à ressaut, quand il se manifeste dans un contexte de maladie rhumatismale (polyarthrite……) s’accompagne souvent d’une lenteur au dérouillage matinale des doigts. Ceci est lié au processus rhumatismal et ne sera en rien amélioré par le traitement mécanique du doigt à ressaut.

Les récidives sont rares mais possibles.